Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
acf-field
mec-events
acf-field-group
Image Alt

Planète AD’OCC #2

/Planète AD’OCC #2

Vous parcourez le deuxième numéro de notre lettre d’information interne bimestrielle.

Elle a deux objectifs :

  • Mieux se connaître les uns les autres
  • Réunir une information pratique en liaison avec les ressources humaines.

Le prochain numéro sortira le 15 février 2019. Nous vous invitons à nous relayer vos actualités, pas uniquement celles liées à votre vie professionnelle, mais aussi les sujets et questions que vous souhaiteriez voir abordés dans les prochaines parutions.

=> Proposer une actualité / un sujet

Avec le prélèvement à la source, vous payez votre impôt directement au moment où votre salaire est perçu. L’impôt s’adapte immédiatement et automatiquement au montant de votre salaire. Si vous êtes non imposable, le prélèvement à la source ne change rien pour vous.

La direction générale des finances publiques est votre seul et unique interlocuteur

Le calcul de l’impôt sur le revenu est une compétence de l’administration fiscale et non du service paie. Nous signaler un taux erroné ne sert à rien car nous ne pourrons rien en faire !

Pour toute question, deux solutions pour contacter la DGFIP :

L’Agence ADOCC ne réalise aucun calcul pour établir votre taux

Notre rôle est limité aux actions suivantes :

  • Recevoir le taux transmis de manière automatique et dématérialisée par la DGFIP,
  • Appliquer ce taux pour retenir le montant du prélèvement à la source,
  • Reverser l’impôt prélevé à la DGFIP le mois suivant.

Vous pouvez consulter chaque mois dans votre espace personnel sur impots.gouv.fr le montant qui a été prélevé sur votre rémunération.

 

La maestria du développement local en montagne

Martine Danglade est la coordinatrice du secteur Pyrénées au sein de la Direction des Territoires d’AD’OCC depuis le 1er septembre 2018. De l’Ariège aux Hautes-Pyrénées, son action couvre aussi le Sud de la Haute-Garonne.

Après une maîtrise en droit privé en droit des Affaires à l’Université de Toulouse Capitole, elle complète sa formation par un DESS Juriste d’Affaires à l’Université de Pau.

« Après un court passage par une banque en sortie d’études, je suis « tombée dans la marmite » du développement économique local, auprès des entreprises, puis des collectivités, au sein de l’agence départementale des Hautes-Pyrénées ; un métier qui depuis 28 ans n’a cessé de me passionner parce qu’il touche en permanence au concret ! », résume Martine, pour qui écoute, terrain et pragmatisme sont les maîtres mots.

Quand AD’OCC a organisé la direction des territoires en quatre secteurs (Bassin de la Garonne, Massif central, Pyrénées et littoral), c’est tout naturellement que cette passionnée de montagne a pris la responsabilité de l’animation des équipes qui œuvrent au plus près du terrain.

Une partition bien rodée

C’est à Martine que revient de mettre en musique le travail auprès des partenaires de l’agence, notamment des EPCI, qui partagent la compétence économique avec la Région. Cela passe par l’animation de l’action territoriale de ce secteur de montagne, le travail avec les acteurs économiques sur ses filières locales, le soutien des EPCI dans la constitution et valorisation de leur offre d’accueil d’entreprises, mais aussi l’accueil de nouvelles entreprises sur le territoire, ou la coordination des pépinières de l’Ariège.

Martine a également en charge le pilotage et la coordination des animations et des manifestations et elle assure le lien avec les services de la Région au sein des Maisons de la Région.

Accompagner les projets d’infrastructures foncière et immobilière des territoires, les projets d’implantation ou de développement des entreprises, promouvoir l’offre de service de l’agence et l’action de la Région demande méthode, polyvalence, rigueur et capacité d’écoute… mais Martine a plusieurs cordes à son arc !

Un calme à toute épreuve pour une hyper active

Dotée d’une solide connaissance des compétences de la Région, de son réseau d’acteurs, du tissu économique dans lequel elle évolue, elle a un sens aiguisé des relations humaines, et une diplomatie à toute épreuve !

Pour cette accro de montagne, de nature et de grands espaces, point de salut en dehors de « son » magnifique coin des Pyrénées, entre cols d’Aspin et du Tourmalet… Entre un projet de développement local l’accompagnement d’une entreprise, vous la croyez en vacances ? Il n’en n’est rien ! « Maman – après avoir été la compagne -, d’un jeune éleveur pluriactif, je participe aussi depuis 30 ans aux activités agricoles et touristiques familiales, au milieu des chevaux, au Lac de Payolle », précise Martine, …avant de repartir pour animer une réunion de secteur.

Qui es-tu ? Parle-nous de toi !

Née au sein d’une famille fascinée par le vin, j’ai grandi à Chinon en Touraine. Ma région de cœur c’est bien l’Occitanie avec une famille éparpillée entre Castres et Uzès. Diplômée en Marketing International de la « School of Business » de Rennes, j’ai démarré à la Maison de la Région Occitanie il y a bientôt 7 ans en tant que stagiaire. Après ça, j’ai fait un bout de chemin chez Sopexa ainsi que à la Maison du Whisky à Paris mais l’appel de la Région Occitanie fut plus fort (et l’air new yorkais !). J’ai rejoint à nouveau la Maison de New York en 2016.

Concrètement, quelle est ta mission chez AD’OCC ?

Je suis en charge de la Maison de la Région Occitanie de New York. Notre mission est d’aider les entreprises de la région Occitanie à s’exporter et vendre leurs produits et/ou services sur le marché américain et canadien. En accord avec la direction et la France, nous organisons et proposons des opportunités tout au long de l’année pour prospecter, promouvoir la marque Sud de France et développer notre networking. Nous avons la chance de faire découvrir les savoir faire d’Occitanie et ses produits, connus aux USA grâce à la marque Sud de France. Depuis peu, je développe la mise en location de notre très beau showroom sur la 5th avenue que nous mettons à la disposition des entreprises américaines.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans les missions qui sont les tiennes aujourd’hui ?

Au cœur d’une ville comme New York, le networking est primordial. J’adore garder un œil ouvert sur tous les évènements ou les contacts qui peuvent aider à faire connaitre Sud de France. Le développement du vin est mon coup de cœur, j’ai toujours été passionnée à l’idée de faire rêver les américains sur nos produits régionaux.

Ton plus gros projet de l’année 2018 en quelques mots?

Le « Sud de France Calling! » qui est notre mission prospection annuelle. Cette année, nous avons accueilli 33 producteurs et plus d’une centaine d’acheteurs venus de tous les Etats-Unis et du Canada sur une journée de salon que nous organisons entièrement au sein de la Maison de la Région à New York. Une belle réussite que nous allons renouveler en 2019 !

Ta meilleure expérience professionnelle au sein d’AD’OCC ?

Le Festival Sud de France 2014. Un mois d’évènements représentant les produits et spécialités de la région au sein des restaurants new yorkais et des cavistes, des tours de la ville en bus (avec une bannière géante Sud de France) organisés avec des bars partenaires pour faire déguster nos vins, une guinguette aux couleurs du Sud dans une rue fermée de New York. Bref une visibilité incroyable dont New York s’en souvient encore.

Quel autre métier aurais-tu aimé faire et pourquoi ?

J’aurais aimé être critique pour les guides touristiques, quelques jours à Bali, Tokyo, Sydney, Buenos Aires et autres destinations du monde pour découvrir les restaurants et hôtels à mettre absolument dans les recommandations. C’est le métier de rêve !

Un coup de cœur en région à partager avec tes collègues ?

La Table du Sommelier, un restaurant à Castres, il faut demander conseil à Philippe sur les vins du moment. L’endroit est un régal et vous êtes sûr de sortir de là en ayant découvert un nouveau vin. Coté visite, il faut absolument visiter le Massif de la Clape et passer par Gruissan.

LE truc à ne pas rater si l’on vient dans ta ville (à part te rencontrer !) ?

Il faut visiter la Highline, ancienne voie de chemin de fer sur les hauteurs de New York. C’est un endroit incontournable ou l’urbain se mélange à la végétation. Puis en soirée, partez sur le toit de Gallow Green qui se transforme en jardin le printemps et l’été et en chalet d’hiver avec feu de camp l’automne et l’hiver. Une expérience unique.

Une info perso en exclusivité ?

Je suis une vraie gourmande et même si je m’habitue bien à la vie américaine, la culture culinaire française reste mon pêché mignon. Première chose que j’ai achetée avec mon copain américain quand nous avons emménagé ensemble : un appareil à raclette !

Un vœu pour l’avenir ?

Pouvoir un jour avoir la liberté de vivre à la fois en France, aux Etats-Unis ou dans d’autres pays.

Mathilde Convert est Chargée de mission énergie et éco-industries. Elle accompagne les entreprises régionales de ces deux filières au sein des directions opérationnelles Innovation et Croissance. Mathilde travaille pour l’agence régionale à Toulouse depuis 2016 – de formation d’ingénieur agronome, elle est spécialiste des sciences et techniques de l’environnement. Auparavant, Mathilde a travaillé entre autres au pôle de compétitivité DERBI et à l’ADEME en Bretagne et en Haute-Normandie.

Qui es-tu ? Parle-nous de toi !  

J’ai toujours travaillé dans le domaine de l’énergie et de l’environnement, un domaine qui me passionne et me motive. Mon crédo est de combiner la technologie et l’innovation au service de la transition énergétique. Les thématiques sont multiples : énergies, déchets, écoindustries … A un moment de ma carrière, j’ai même établi le bilan carbone d’une grande marque française de boissons apéritifs ! Mais le fil rouge dans toute ma vie professionnelle, c’est bien l’économie décarbonée. C’est ce qui me fait me lever le matin. 

Concrètement, quelle est ta mission chez AD’OCC ?     

D’une part, j’accompagne les projets « innovation » et « croissance » des entreprises régionales des secteurs des énergies et des écoindustries. D’autre part, j’anime et je fais monter en compétences les filières régionales de la transition énergétique. Je suis tout particulièrement la filière hydrogène. Le H2, c’est vraiment une filière du futur pour la région Occitanie. C’est pour ça d’ailleurs qu’elle est clairement identifiée dans la stratégie régionale de l’innovation (SRI) portée par AD’OCC.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans les missions qui sont les tiennes aujourd’hui ?

Au-delà de ma thématique d’action, la diversité de mes missions est enrichissante. C’est essentiel de travailler à la fois en BtoB sur le terrain avec les entreprises qui montent leurs projets, et de faire de l’animation des filières. Les deux missions sont liées : l’une ne peut pas être performante sans l’autre ! La diversité des profils de mes collègues AD’OCC me plaît aussi. C’est très agréable de travailler dans un milieu où il y a d’aussi belles compétences professionnelles, très diversifiées.

Ton plus gros projet de l’année 2018 en quelques mots ?

C’était sans doute les « Journées Hydrogène dans les territoires », organisées fin septembre par l’Afhypac, l’Ademe et AD’OCC pour la Région Occitanie. Après un travail assez intense avec mes collègues (Benjamin Fèvre notamment et Christelle Guillon), nous avons réussi à gagner l’appel à projets de l’Afhypac et à attirer ce rassemblement national en Occitanie, à Toulouse. 430 participants ont été mobilisés, contre 300 l’année dernière. 

Ta meilleure expérience professionnelle au sein d’AD’OCC ?

L’aventure hydrogène ! Au-delà du succès de notre événement de septembre, c’est gratifiant de voir comment les projets H2 commencent à se concrétiser en région. HyPort par exemple : ce projet valide en grandeur nature la faisabilité technique et économique d’un écosystème hydrogène à l’échelle des aéroports de Tarbes et de Lourdes. Initié et structuré par l’agence, HyPort vole aujourd’hui de ses propres ailes. C’est un projet emblématique pour la région, mais il devient aussi un modèle qu’on cite au niveau national, même européen !

Quel autre métier aurais-tu aimé faire et pourquoi ?

Globetrotteuse, si j’avais été moins trouillarde.

Un coup de cœur en région à partager avec tes collègues ?

Je suis une fan inconditionnel du plateau de l’Aubrac. C’est un endroit sauvage, désertique, et on a le sentiment d’y être au bout du monde.

LE truc à ne pas rater si l’on vient dans ta ville (à part te rencontrer !) ?

A Toulouse, il faut absolument faire une balade à vélo au bord de la Garonne. Passez sur le Pont Saint Pierre en fin de journée, c’est magnifique.

Un vœu pour l’avenir ?

Cette année au salon Pollutec, j’ai retenu une comparaison entre les organisations et les écosystèmes. Je pense qu’elle s’adapte particulièrement bien à notre agence : « C’est en favorisant la diversité et les échanges qu’on arrive à s’adapter de manière innovante et constructive ».

Une éolienne en légo ou un kit d’expérience sur les énergies renouvelables : le père Noël ne devrait pas manquer d’idées pour Jules, le fils d’Aurélie Beauchart et Franck Berthu. Dans une vidéo de promotion de l’éolien en mer, il a demandé, à 5 ans, au parterre d’élus, de chefs d’entreprise et d’acteurs de la filière, si, « quand il serait grand, toute l’électricité de sa maison ou de sa voiture viendrait des éoliennes en mer ? » Un vent d’admiration a soufflé dans le théâtre de Narbonne.

Istvan Balogh et Rachel Bignard préparent un nouvel outil informatique de covoiturage baptisé « Spoutnik » qui signifie en russe «  voyager avec ». L’idée est de créer un BlaBlaCar à l’échelle de l’agence en renseignant son trajet à l’avance. Economique, écologique et un peu orbital !

Nous ne sommes pas dans « Perdu de vue » mais dans les bureaux d’AD’OCC à Toulouse. Carole Crevel vient de rejoindre la direction « Attractivité et Export ». Au moment même où Bénédicte Bejm prenait sa fonction de « Responsable du département Europe ». Ces deux nouvelles collègues vont partager le même bureau. Hasard ou coïncidence ? Elles sont en fait de « vieilles connaissances » qui ont fréquenté les mêmes bancs à Sciences-Po avant de se perdre de vue pendant près de 20 ans.

Un peu de pédagogie : il y a un film de Stanley Kubrick qui s’appelle « 2001 : l’Odyssée de l’Espace ». Mais a priori rien à voir bien qu’il y soit question d’intelligence. Il y a un plan stratégique d’AD’OCC qui s’appelle lui : ODII-C 2020 pour « Occitanie Développement Innovation International – Croissance 2020 ». Il y a l’ISO : l’Organisation internationale de Normalisation en anglais : « International Organization for Standardization ». La n° 9001 est la norme internationale de système de management, reconnue comme la norme de référence au niveau mondial. Enfin, il y a Sabine Dumazert, elle est responsable Performance & Qualité auprès de la direction générale et pilotera cette démarche de certification.

Lancé dans le cadre du projet de conception de « l’Espace de Travail Numérique » (ETN) de l’agence AD’OCC,  le sondage a enregistré une forte participation. Il avait pour objectif de mieux comprendre vos usages et vos besoins en matière de collaboration et de communication.

L’équipe projet est ravie à la fois de la quantité des réponses recueillies mais également de la richesse des informations collectées. Nous avons obtenu 108 réponses. Il n’est d’ailleurs pas trop tard ! Vous pouvez encore participer au sondage.

Les résultats seront exploités au cours d’un atelier de co-construction de notre ETN qui sera organisé le 18 décembre prochain. Une quinzaine de collaborateurs vont représenter les directions et les différentes fonctions de l’agence.

Cette mission, confiée au cabinet HUMAN BOOSTER, a démarré en décembre et court jusqu’au printemps 2019. 15 accompagnements sont prévus sur une première session (14 à Montpellier, 1 à Toulouse), d’autres pourront être programmés ultérieurement en fonction des besoins exprimés. La direction de l’Agence a souhaité accompagner individuellement les collaborateurs qui en exprimeraient le besoin : dans leur positionnement et appropriation de ce nouveau quotidien professionnel, leur nouveau rôle (missions et posture), les nouvelles dispositions et pratiques de l’organisation, l’identification des savoir-être, savoir-faire et connaissances à mobiliser ou à acquérir. L’objectif étant par une approche individuelle de permettre à chacun une meilleure adéquation aux fonctions, à l’organisation, aux méthodes pour un vécu professionnel plus épanouissant, motivant et performant.

Depuis le 27 août dernier, France 2 diffuse en prime time (20H40) tous les soirs de la semaine, la série un si grand soleil tournée entièrement sur Montpellier et les alentours.
Pour réaliser ce défi, un peu moins de 35 millions d’euros ont été posé sur la table pour la série auquel il faut ajouter les coûts engendrés par la construction de 16.000m² de studios dédiés à Vendargues (près de Montpellier) et inaugurés en mai.
Certains d’entre vous ont pu, stupéfaits pour les uns, goguenards pour les autres, remarquer que notre belle agence a été citée à plusieurs reprises dans le feuilleton comme partie prenante de la politique économique de la région Occitanie. Et ce n’est pas un hasard ou une lubie des scénaristes… L’agence AD’OCC participe aux côtés de la région et du CRT au financement d’un  partenariat sur la série et notamment pour ce qui est du placement des produits Sud de France. L’agence a, pour l’instant, été citée à trois reprises de manière très positive ce qui nous a valu bon nombre d’appel au standard, sachant que ce sont en moyenne 3,6 millions de téléspectateurs qui regardent chaque soir la série.
Reste maintenant à positionner notre Directeur général au sein même de la série… Si vous avez des idées…

Ce site web utilise des cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services et nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités pour analyser notre trafic. Vous pouvez accepter ou refuser ces différentes opérations.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Paramètres de confidentialité Décidez des cookies que vous souhaitez autoriser. Vous pouvez modifier ces paramètres à tout moment. Cependant, cela peut entraîner certaines fonctions ne sont plus disponibles. En savoir plus sur les cookies que nous utilisons. Avec le curseur, vous pouvez activer ou désactiver différents types de cookies:

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services