Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
acf-field
mec-events
acf-field-group
Image Alt

Planète AD’OCC #4

/Planète AD’OCC #4

Vous parcourez le quatrième numéro de notre lettre d’information interne bimestrielle.

Elle a deux objectifs :

  • Mieux se connaître les uns les autres
  • Réunir une information pratique en liaison avec les ressources humaines.

Nous vous invitons à nous relayer vos actualités ou les sujets et questions que vous souhaiteriez voir abordés dans les prochaines parutions.

=> Proposer une actualité / un sujet

Depuis le 15 avril, l’équipe catalane d’AD’OCC est au complet. Lionel Gambus, chargé de mission “Développement Économique Territorial” et Marie Dirat, chargée de mission “Développement des Entreprises” au sein de la DO Territoires vont accompagner les entreprises, les EPCI et les projets d’implantation ou d’extension des entreprises des Pyrénées-Orientales. Ils sont basés au sein de la Maison de Ma Région à Perpignan.

Marie Dirat sera chargée d’accompagner les entreprises des Pyrénées-Orientales. Cet accompagnement des projets de développement des entreprises du département comprend les investissements immobiliers, les investissements productifs, l’export, le recours à de l’expertise.
Sur l‘ensemble de ces thématiques, en étroite collaboration avec les référents – filières basés à Toulouse et Montpellier, elle aura la charge d’informer l’entreprise sur les dispositifs d’aide publique et de façon très particulière ceux de la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, d’assister l’entreprise dans le montage et le suivi de son dossier.
La détection de projets d’entreprises requérant des expertises en provenance d’autres compétences de l’agence : projets d’innovation individuelle et collaborative, besoin de financements en haut de bilan (levées de fonds), opportunité de prendre part à des opérations collectives, en particulier l’organisation de délégations à l’étranger et sur certains salons stratégiques.

Lionel Gambus sera chargé d’accompagner les EPCI et les projets d’implantation ou d’extension des entreprises sur le département des Pyrénées-Orientales. Il s’occupera de l’accompagnement des projets d’implantation ou d’extension des entreprises sur le département des Pyrénées-Orientales qui comprend la veille et promotion du foncier et de l’immobilier disponibles, les propositions d’implantations et accompagnement des négociations avec les prospects, la détection des projets d’implantation ou d’extension, le suivi des porteurs de projets ante et post implantation ;
De l’accompagnement et la promotion des projets d’infrastructures (foncières et immobilières) des EPCI ainsi que l’accompagnement de la requalification de l’offre obsolète ;
De la promotion de l’offre territoriale d’intérêt régional (OZE et pépinières membres du réseau) en lien étroit avec la DO Attractivité ;
De la promotion des filières en étroite collaboration avec les référents – filières basés à Toulouse et Montpellier ;
De l’identification, l’accompagnement et la mise en œuvre de projets de développement territorial aptes à créer de l’emploi et de la valeur.

Pour animer ses six pépinières d’entreprise, AD’OCC a également recruté deux nouvelles assistantes :
Fabienne Matéo, assistante de la pépinière de Martres-Tolosane et Laurence Bergère, assistante de la pépinière Cap Mirabeau à Lavelanet.

Caroline de Rubiana, pasionaria de la cybersécurité

Dès que vous commencez à discuter de son travail avec Caroline, cramponnez-vous : c’est un flot de paroles qui vous submerge. Caroline est tombée dans la marmite de la cybersécurité quand elle était petite et elle n’a de cesse de vous convaincre qu’il s’agit de la plus belle chose au monde. Pour l’interviewer, il faut s’accrocher à son stylo : elle vous enveloppe d’un tourbillon d’explications, d’intentions et la main a du mal à suivre sur le papier. Mais tout d’abord… Qu’est-ce que la cybersécurité ?

Définition

La cybersécurité concerne tous les moyens mis en œuvre pour protéger le système d’information d’une attaque. Figurez-vous qu’il existe des personnes malveillantes qui vous veulent du mal, qui s‘introduisent dans l’entreprise pour piller ses informations. Ou des employés qui veulent se venger. “Beaucoup de personnes manipulent de la donnée sensible sans le savoir, on est trop naïf, trop confiant !“, regrette Caroline. “Alors que dix règles sont suffisantes pour se protéger !”.

Dix petites règles

  • Le mot de passe. En avoir un compliqué, avec plein de signes bizarres, qui ne veut rien dire, qui ne fait pas référence à sa date de naissance ou au prénom de son enfant, et le changer régulièrement, c’est bien. Mais c’est encore mieux si on en a plusieurs. “On croit souvent qu’on est protégé car notre SI est bien sécurisé. Mais si on utilise ce même mot de passe sur un site qui l’est moins, on n’est pas à l’abri que le pirate le récupère et l’essaye partout.”, explique Caroline
  • Le coffre-fort à mots de passe pour éviter d’avoir, comme moi, un petit carnet à proximité, facilement accessible par tout un chacun
  • La sauvegarde régulière des données
  • La mise à jour de son système d’information
  • La méfiance vis-à-vis des mails inconnus
  • Le téléchargement des logiciels sur les plateformes officielles, et non gratuitement sur des sites inconnus
  • La formation du personnel : toujours refuser de faire imprimer un document à partir d’une clé USB ! Cette petite clé peut s’avérer redoutable et s’introduire dans le système !

Et les trois autres règles ? Caroline ne me les a pas citées, ou je les ai oubliées, mais elle souhaite, parmi ses nombreux projets, rédiger un petit guide “La cybersécurité pour les nuls, euh pour AD’OCC”. Vous en saurez donc plus très prochainement.

Sa Mission

Mission est bien le mot, rajoutons une majuscule. Entièrement dévouée à la cause qu’elle défend, la cybersécurité constitue pour elle un véritable sacerdoce. Sa première Mission consiste à connecter tous les acteurs de la cybersécurité régionaux : les services de l’État – Direction du Renseignement et de la Sécurité de la Défense (DRSD), Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), sans oublier la DIRECCTE pour les questions liées à l’Intelligence Économique -, la gendarmerie et ses 13 gendarmes N’tech, les laboratoires (LAAS-CNRS, LIRM, IRIT), les entreprises de cybersécurité et celles qui ont un service de cybersécurité en interne. “Mon objectif est de créer un centre régional de cybersécurité, une sorte de plateforme ou de « hub » accessible aux entreprises. Cette plateforme, alimentée par tous les acteurs régionaux, permettrait de donner accès à de l’information, de guider vers les services compétents, les bons prestataires ou les bonnes formations, et de trouver des financements. J’ai présenté l’idée auprès des gendarmes, surtout la partie « Que faire en cas d’attaque ». Ils sont ravis qu’AD’OCC prenne ce sujet en main !”, s’enflamme Caroline.

Deuxième Mission : nouer des partenariats avec l’ANSSI (l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) ou avec d’autres Régions françaises, comme la Bretagne. “La Bretagne est positionnée sur la cybersécurité liée à la défense. L’Occitanie doit absolument devenir LA région de référence de la cybersécurité pour les entreprises.”, martèle Caroline.

Troisième Mission : accompagner les entreprises. “L’objectif est de construire pour elles un parcours sur le long terme : pour d’abord qu’elles se sécurisent, puis qu’elles sécurisent leurs produits. L’État a mis en place la RCC, la Réserve Cyber-Citoyenne, composée de volontaires compétents, qui viennent en appui aux entreprises. Notre portail pourra aussi relayer cette initiative.” explique-t-elle. Et de conclure : “Notre démarche est extrêmement novatrice. Avec ce que nous allons mettre en place, l’Occitanie, qui dispose déjà d’atouts indéniables avec ses entreprises et laboratoires, sera en mesure de devenir LA région de la cybersécurité économique.

Quatrième Mission : la sensibilisation des entreprises aux enjeux de la cybersécurité. “Avec Pascale Mouy et David Spaëth, nous travaillons à de nouveaux formats d’événements par le jeu. La Banque Populaire a créé un « escape game », le LIRM dispose d’une valise de démos, mais nous souhaitons développer en interne l’organisation d’ateliers ludiques.” précise Caroline.

Cinquième Mission : l’acculturation des pépinières… et d’AD’OCC ! “Je souhaite créer une boîte à outils pour les pépinières, pour les former, mais aussi pour qu’elles puissent conseiller leurs entreprises. Je me vois comme une personne ressources”, poursuit Caroline. “Je me propose aussi de former les chargés de mission d’AD’OCC, pour qu’ils disposent d’une offre supplémentaire auprès des entreprises ou des territoires.

“La cybersécurité, c’est l’éclate !”

Pasionaria, missionnaire… C’est à une troisième figure que j’aurais pu faire référence : l’agent secret 007. Imaginez, on nage en plein thriller : les méchants, souvent des chinois ou des japonais, veulent s’emparer des données stratégiques de votre entreprise. Des cryptolockers ont chiffré toutes vos données et vous demandent une rançon pour les récupérer. Mais Caroline, qui arrive dans son cyber-avion, les démasque. Grâce à sa cyberculture, sa cyberintelligence et sa cybertechnique, elle arrive à déjouer la malveillance des pirates (bien entendu, dans le film, sa tenue est cent fois plus sexy qu’au bureau).

Il y a quelques années, au Bourget, de belles blondes se dénudaient juste devant le service de sécurité du Rafale, et pendant que tout le monde les regardait, des personnes se glissaient derrière le Rafale pour prendre en photo son train d’atterrissage. Heureusement, il y avait un second service de sécurité, moins visible, qui est intervenu… La cybersécurité a un côté James Bond que j’adôôôre !“, s’exclame Caroline. Informaticienne, professeure de programmation, puis responsable informatique d’une petite entreprise d’e-commerce, Caroline explique s’être toujours intéressée à la sécurité informatique. Animatrice de l’association OcSSImore créée en 2017, qui rassemble des entreprises régionales importantes (IBP, Laboratoires Fabre…), elle y organise aussi des soirées sur la thématique. “Mon hobby – tout le monde se moque de moi lorsque je le révèle -, c’est d’aller à des conférences sur la cybersécurité le soir ou de les animer.”.

Ce qui lui plait à l’Agence ? “Avant, je travaillais seule. Chez AD’OCC, il y a une équipe dynamique, motivée et surtout toujours prête à m’aider et ça, ça me met de très bonne humeur et surtout, ça me rend 10 fois plus efficace !” Et puis, ajoute-t-elle dans un éclat de rire, “Ma mission m’amène à rencontrer plein de gens, des chefs d’entreprise, des gendarmes, et à faire ce que j’aime : leur parler toute la journée de cybersécurité !”. C’est sûr que pour une bavarde, évangéliser, c’est le métier idéal.

Frédéric Bouchet : le pilote en “pole” éditions

En 2008, Frédéric Bouchet frappe à la porte de Septimanie Export. En 2019, c’est l’ensemble de l’agence AD’OCC qui frappe quotidiennement à la sienne. En 11 ans, les besoins en graphisme se sont accrus, la réponse est pourtant la même : rapide, précise, inspirée.

Au sein de la direction de la communication, Frédéric Bouchet pilote le pôle éditions (*), un pôle “magnétique” qui, face à l’accroissement d’activités, indique le nord : la construction de l’identité visuelle d’AD’OCC.

D’un côté, il y a le travail dans l’urgence, les délais serrés, l’amoncellement de tâches exigeantes ; de l’autre, la patiente édification de l’image de marque de l’agence. “Mon objectif a toujours été d’installer une image de marque solide pour l’entreprise. C’est un travail de fond qui prend du temps, explique Frédéric. Nous nous sommes d’abord attachés à produire des choses de qualité, puis nous nous sommes appuyés sur cette solidité pour créer des choses plus modernes. Aujourd’hui, j’ai une presque totale liberté d’expression.

Le pôle éditions est à la fois une usine et un atelier d’artistes : la plaque tournante de tout ce qui peut être vu de notre agence. Tout élément visuel transite par le pôle ! Le matériau entre brut et en sort poli par une couche de créativité et une autre de PAO (publication assistée par ordinateur).

“Être garant de l’image graphique de l’entreprise”

Le pôle habille votre stand “pour l’hiver” : signalétique basse et haute, façade, totem, réserve… “C’est le plus gros de mon activité » avoue Frédéric, le reste, c’est du corporate ou de l’édition“. Plus en détail, le reste, c’est quand même les catalogues, les affiches, les brochures, les plaquettes, les couvertures, les prospectus, les infographies, les publicités, les maillots de foot, les pictogrammes, les logos, etc. etc. Avec la fusion des agences, les travaux ont considérablement augmenté : “environ un tiers de plus, des travaux moins lourds, mais plus nombreux : il a fallu s’adapter.“. Frédéric est aussi en charge de l’animation du pôle : “c’est plus de pression : la peur que dans la masse quelque-chose t’échappe et faire en sorte que Rachel, Valérie et dernièrement Marie puissent s’épanouir dans ce nouveau processus.

Autodidacte

S’adapter n’est pas un problème pour Frédéric. Bien sûr, les mots “Template, flyer, roll-up, e-mailing, e-card, banner” n’étaient pas au cœur de son Masters LEA “anglais et espagnol” qu’il décroche en 1998 à l’université Paul-Valéry de Montpellier. Son métier, il l’a appris en autodidacte : “c’est mon mode de fonctionnement : je préfère observer, analyser, chercher seul pour arriver à ce que je me suis fixé“. Master en poche, il est objecteur de conscience et passe 17 mois à la Cotorep de Nîmes (qui s’occupe des travailleurs handicapés).

En 2000, Frédéric part aux Etats-Unis, à Lakewood dans la banlieue de Cleveland (État de l’Ohio). Au départ, une tournée, quelques concerts, puis un travail comme graphiste dans une maison de disques. Frédéric met une première fois à profit les deux passions qui l’animent : la musique et le graphisme. “Je forme mon premier groupe de musique au collège. Au lycée, je continue la musique et je commence à être captivé par le graphisme, j’ai une vraie attirance pour les pochettes des disques“. Deux passions qu’il lie volontiers dans une même démarche artistique tournée vers l’esthétique.

2001, retour en France où pendant 5 ans, Frédéric est assistant d’éducation dans un collège d’Alès, puis dans des écoles primaires de Molières-sur-Cèze et Sainte-Cécile-d’Andorge où il apprend aux enfants la lecture, la musique et l’art.

Le graphiste “au métal d’acier”

Côté pile, voir : Frédéric, tatouages discrets et barbe soignée, est responsable du pôle éditions de la direction de la communication d’AD’OCC. Côté face, écouter : voix posée et réserve affichée, Frédéric est guitariste et chanteur dans un groupe de métal. Il est l’un des rares dans l’agence à pouvoir fréquenter avec la même aisance : Occitanie Innov et le Hellfest.

Ses genres musicaux de prédilection sont le crust et le grind core de la famille hard core, même si, chez lui, il écoute beaucoup de folk et de musique classique. Le nom de son groupe Feral, quatre musiciens “metalleux” avec lequel il a déjà sorti quatre albums et réalisé en 2017 deux tournées dont une tournée de 15 jours en Russie : “C’était un concert par jour. On a fait entre autres les villes de Saint-Pétersbourg, Moscou, Saratov, les Russes sont des fans de métal“.

Une fois encore, il conjugue musique et graphisme en réalisant à la tête de Sunrise Studios des pochettes d’albums et des affiches de concert. Depuis 2003, il gère aussi un label discographique appelé “Basement Apes Industries” avec 60 références à ce jour.

Le label : www.basementapesind.com

L’extrait : https://basementapesind.bandcamp.com/album/doomwalk

Le site : www.facebook.com/pg/FERALisFERAL/

 

(*) Dans le pôle éditions, Frédéric Bouchet partage la pole position avec Rachel Bignard, Marie Carmand et Valérie Pagès.

Qui es-tu ? Parle-nous de toi !

Je suis né et j’ai grandi au Sénégal avant de rejoindre en 1998 la France et Montpellier pour suivre des études supérieures. Depuis, je ne suis jamais reparti de cette ville que j’apprécie pour le cadre de vie mais surtout sa multiculturalité. Je pratique beaucoup de sports (foot, taekwondo, course à pieds et vélo). Je suis par ailleurs très impliqué dans la vie associative et plus particulièrement l’association des sénégalais de l’Hérault. Je suis marié et papa de 2 filles de 2 et 11 ans.

Concrètement, quelle est ta mission chez AD’OCC ?

Je suis chargé de mission développement des entreprises dans le département croissance et entreprise au sein de la direction des territoires. Basé à la Maison de la Région à Nîmes, je couvre le Gard et l’Hérault.

J’ai 3 missions principales chez AD’OCC :

  • détecter et accompagner les projets de développement des entreprises régionales
  • identifier et mettre en œuvre toute action collective contribuant à la promotion de la Région
  • faire la promotion de la Région Occitanie et de son action à destination des entreprises et de leurs instances représentatives.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans les missions qui sont les tiennes aujourd’hui ?

Discuter de stratégie avec les chefs d’entreprises et porteurs de projets et pouvoir leur apporter via les dispositifs régionaux, des solutions d’accompagnement et de financement dans la mise en œuvre de leur projet de développement.

Ta meilleure expérience professionnelle au sein d’AD’OCC ?

Ma rencontre avec le fondateur du “Griot” Lucien ZOROMI, une startup ayant développé un boitier permettant aux personnes déficientes visuelles d’accéder facilement aux programmes télévisés en audiodescription. Un produit qu’il a conçu à la suite d’une histoire familiale très triste et très émouvante. Ce n’était pas un gros projet en soi mais le sentiment d’avoir été utile pour une entreprise.

Ton expérience la plus insolite ?

Lors d’un rendez-vous chez un prospect fabricant de cercueils en carton, je me suis retrouvé à monter et emballer un cercueil pour une commande qu’il fallait honorer en urgence.

Quel autre métier aurais-tu aimé faire et pourquoi ?

Mon rêve était de devenir footballeur. Malheureusement, ma mère était institutrice et ne voulait rien entendre, sinon les études.

Un coup de cœur en région à partager avec tes collègues ?

Le Domaine de CALET, un domaine viticole à Beauvoisin dans le Gard avec une vue superbe sur la Camargue et ses étangs. Vous pouvez même louer une chambre d’hôte pour vous y poser quelques jours.

LE truc à ne pas rater si l’on vient dans ta ville (à part te rencontrer !) ?

A part me rencontrer, je ne vois rien d’autre… Plus sérieusement : à Nîmes où je travaille, ce n’est pas original mais il ne faut pas rater les Arènes, à Montpellier où je vis, faire un saut à la Cathédrale Saint Pierre, et au Sénégal d’où je viens, il y a l’incontournable Lac Rose…

Une info perso en exclusivité ?

Il n’y a pas d’apostrophe à NDOYE (N’DOYE)

Un vœu pour l’avenir ?

Un monde meilleur dans lequel les plus faibles et plus démunis sont pris en compte et surtout, soutenus.

Qui es-tu ? Parle-nous de toi !

En général, je n’apprécie pas trop parler de moi. J’ai failli décliner gentiment le rendez-vous proposé mais face à la détresse de ma collègue intervieweuse en herbe, qui s’attaque laborieusement à son premier essai de portrait sous la pression du directeur de la communication, je n’ai pas pu refuser ! J’accepte volontiers cette fois de jouer le jeu et pourquoi pas, de répondre à quelques questions inspirées du questionnaire de Proust, ce qui devrait permettre de sécuriser l’entretien avec la (pseudo) Léa Salamé d’AD’OCC.

Quel est mon principal trait de caractère ? Je réponds : créative. Mon principal défaut ? Pressée ! Quel serait mon plus grand malheur ? Être enfermée. Mes héros au quotidien ? Toutes celles et ceux qui font bouger les lignes. Ma devise ? Une citation de Nelson Mandela ”Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends“.

Concrètement, quelle est ta mission chez AD’OCC ?

Je suis chargée de mission agro-industries, côté Innovation et basée à Toulouse, salariée de l’Agence depuis 2001. De nature curieuse, mon métier me permet de mettre à profit mon goût pour la découverte et la recherche de solutions adaptées pour les entreprises. Les accompagner au quotidien dans leur projet d’innovation est très enrichissant et apprend aussi à être humble face à leurs prises de risque au quotidien.

Ton plus gros projet de l’année 2019 en quelques mots ?

L’expérience m’a permis de constater que le partage de la connaissance est nécessaire à la construction d’un collectif. Naturellement, j’ai donc adhéré avec Françoise Lapeyre au projet “gestion de la connaissance” lancé en interne à AD’OCC. Réussir en 2019 ce processus de partage de connaissances, avec la mise en place d’outils concrets et simples, est pour moi un véritable enjeu. Il permettra de valoriser la diversité des expertises et savoirs qui existent au sein de l’agence. Je lance d’ailleurs un appel à tous les collaborateurs : vous voulez en être ? Faites-vous connaître et inscrivez-vous au groupe de travail en nous contactant par mail avec Françoise !

Ta meilleure expérience professionnelle au sein d’AD’OCC ?

L’accompagnement et le suivi de la machine révolutionnaire “Aligot express”, procédé qui permet aux restaurateurs de préparer et servir en une minute, une portion d’aligot de qualité, à base de tome fabriquée en local et enrichie en oméga 3 (produit filière bleu blanc cœur), restera un excellent souvenir. L’aboutissement du projet Cap’Eco également, formidable idée portée par trois femmes. Il s’agit du tout premier espace de coworking culinaire de 300 m2 pour aider les particuliers et les futurs professionnels à franchir le pas grâce à une cuisine professionnelle partagée près de Toulouse à Tournefeuille.

Un coup de cœur en région à partager avec tes collègues ?

Sans hésitation, la salade de lentille proposée au menu de la table d’hôte Ravigote à Toulouse validée avec Marion Bonnefille de Montpellier.

Mais aussi, une randonnée autour de Loudenvielle dans les Hautes-Pyrénées suivie d’un tour dans les bains japonais de Balnéa, avec vue sur la montagne.

Une info perso en exclusivité ?

L’info perso est liée à la question du truc à ne pas rater dans ma ville : je suis amoureuse d’Astérion le Minotaure… Machine incroyable de 14 mètres de haut, 45 tonnes, faite de bois, de cuir et d’acier, créée par François Delarozière et la compagnie La Machine à Toulouse. Véritable architecture en mouvement, il peut vous emmener en excursion à Montaudran, le nouveau quartier d’AD’OCC.

Un vœu pour l’avenir ?

Transformer l’essai !

Le vote se fait par internet. C’est un scrutin de liste à deux tours. Le premier a lieu le mardi 28 mai entre 9h et 16h, le second, le mardi 11 juin entre 9h et 16h.
Nous élisons un collège unique composé de 8 titulaires et 8 suppléants. Le mandat des élus est de 4 ans. La liste de candidats pour le deuxième tour devra être déposée le mercredi 5 juin à 12 h auprès d’Isabelle Ferragut, celle du premier tour ayant été affiché sur Intranet et dans les différents sites de l’agence.
Chaque électeur disposera d’un identifiant et d’un mot de passe personnels qui lui permettront de se connecter au système de vote et de voter.

Le séminaire estival d’AD’OCC aura lieu le lundi 1er juillet en Haute Garonne. L’endroit exact et le programme sont encore tenus secret. Mais à l’instar du kick off de l’an passé à Villeneuve lès Maguelone, ce séminaire de team building devrait offrir des moments d’échanges et de convivialité privilégiés entre tous les salariés de l’agence.

A titre exceptionnel et en l’absence d’accord de CET sur l’ensemble de l’Agence, les reports des congés N-1 non posés avant le 31 Mai seront autorisés cette année.

Ils devront être posés avant le 31 Août 2019. Les collaborateurs de la SAEM peuvent par ailleurs les épargner dans la limite de 10 pour l’année.

Pour vous rendre à Toulouse ou à Montpellier, il existe une liaison quotidienne en train :

Départ Montpellier à 6 h 19 – Arrivée Montaudran à 8 h 59
Départ Montaudran à 17 h 20 – Arrivée à Montpellier à 19 h 59

Dans l’autre sens :

Départ Montaudran à 6 h 20 – Arrivée Montpellier à 8 h 59
Départ Montpellier à 16 h 20 – Arrivée à Montaudran à 18 h 59

A titre informatif, merci de vérifier les horaires sur le site de la SNCF.

Une star chasse une autre star… C’est la dure loi du spectacle.

Après une chute spectaculaire en plein tournage sur un des produits Sud de France, Valérie Kaprisky, surnommée la méduse des plateaux, a cédé sa place à notre Valérie Pagès à la dircom en charge des partenariats Sud de France. Sur les premières photos, Valérie est rayonnante avec la fameuse cagette Sud de France.

L’histoire ne devrait pas s’arrêter là. Il se murmure que le dirigeant de L cosmétique, comédien de son état, pourrait être remplacé par un vrai professionnel du métier en la personne de Nicolas Schaeffer…

Nous vous invitons à nous relayer vos actualités – pas uniquement celles liées à votre vie professionnelle – ou les sujets et questions que vous souhaiteriez voir abordés dans les prochaines parutions.
jerome.bouchindhomme@agence-adocc.com

Du 24 au 26 avril, la Région Occitanie a accueilli FOWT, le rassemblement mondial de l’éolien flottant en mer. AD’OCC a organisé le pavillon régional, une visite à Port-la-nouvelle, une soirée VIP, des rencontres BtoB… Et qui dit événement exceptionnel, dit mise en scène exceptionnelle. Les idées les plus folles ont fusé entre Julien Ciglar, Sophie Gérard, Jenni Svärd et Laurent Panayoty : et si on construisait une éolienne flottante de 10 mètres sur le Lez ? Ou lançait sur la rivière 800 lanternes flottantes en forme d’éolienne ? Derrière les idées créatives, l’équipe projet a monté des cahiers de charges techniques, calculé des budgets, cherché des prestataires et étudié des autorisations.

Finalement, c’est un spectacle de lumière qui a été organisé pour décorer la façade de l’Hôtel de Région montpelliéraine.
De quoi appuyer le message de la Présidente Delga : “Nos Régions, aux côtés de la Communauté de la Mer, sont aujourd’hui engagées dans un combat commun : porter une transition énergétique ambitieuse pour notre pays, notamment tournée vers le développement des énergies marines renouvelables et de celui de l’éolien en mer flottant.

Eolienne flottante éphémère sur l'Hötel de Région Occitanie

Voilà un mois que notre Intranet est en production

Un des modules qui a le plus de succès est la procédure de commande informatique. Il est tellement apprécié que l’on nous a même commandé plusieurs fois une pile pour souris sans fil ! Pour rappel, le service informatique est là pour répondre aux demandes de dotation en matériel, et pas pour pourvoir aux besoins en fournitures… Le SI n’est pas encore équipé de vélos pour livrer les piles comme d’autres livrent les pizzas. Donc si vous avez des problèmes de piles, faites face…

Vous trouverez une nouveauté dans le menu “Procédures / RH” avec un dossier “Intégration et accueil salariés” et “Intégration et accueil stagiaires”.

Vous y trouverez tous les documents et formulaires permettant de préparer l’arrivée des nouveaux collaborateurs. Ces informations sont indispensables pour que les RH, le SI et toutes les personnes concernées fassent le nécessaire avant l’accueil des nouveaux venus.

Un exemple de l’utilité de ces données : l’annuaire de l’agence

Il va être mis en production début avril, mais vous pouvez déjà en avoir un aperçu dans l’Intranet (Organisation / Annuaire). Ce dispositif entièrement automatique ne fonctionne que si toutes les données sont présentes dans Office 365 : Ville, DO, N° de téléphone…

Un accompagnement pour tous va vous être proposé lors de la mise en production de l’annuaire, notamment pour vous aider à renseigner votre profil.

 

Bien entendu, n’hésitez pas à nous appeler si nécessaire…

Ce site web utilise des cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services et nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités pour analyser notre trafic. Vous pouvez accepter ou refuser ces différentes opérations.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Paramètres de confidentialité Décidez des cookies que vous souhaitez autoriser. Vous pouvez modifier ces paramètres à tout moment. Cependant, cela peut entraîner certaines fonctions ne sont plus disponibles. En savoir plus sur les cookies que nous utilisons. Avec le curseur, vous pouvez activer ou désactiver différents types de cookies:

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services